En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres

Féminisation des salles au 1er septembre 2019

Pour cette rentrée 2019-20, les 76 salles de cours et auditoriums du Conservatoire seront renommés pour mettre à l’honneur de nombreuses femmes du monde des arts. Ces modifications, qui demandent de déloger des habitudes ancrées depuis plus de 40 ans, marquent la volonté d’une plus juste représentation d’illustres femmes, jusqu’alors invisibles au Conservatoire.

 

 

Des femmes illustres, injustement ignorées

Le Conservatoire de Nantes n’a pas échappé à la règle de la majorité des établissements d’enseignement artistique construits il y a plus de 40 ans. Les auditoriums et salles de cours étaient nommés du nom de compositeurs, auteurs ou chorégraphes les plus emblématiques de l’histoire occidentale, à 100 % hommes. Un héritage historique perpétué par la volonté des directeurs – tous hommes musiciens – préférant choisir les noms des compositeurs qui ont forgé l’histoire et le prestige de la musique savante occidentale jusqu’au début du XXe, à l’exclusion de toute autre culture.

Or, alors que les femmes ont toujours fait partie de l'histoire de la musique occidentale, les traces des compositrices ont été systématiquement effacées de la mémoire collective. Au moyen-âge, elles sont exclues des écoles d’apprentissage et plus tard, l'anonymat et la discrétion se sont imposées à leur classe sociale.

Dans le cadre de la démarche municipale pour l’égalité entre les femmes et les hommes, un travail concerté a été mené sur deux années au sein du Conservatoire pour repenser entièrement la nomination des salles, avec l’objectif de mettre à l’honneur de nombreuses femmes du monde des arts tant en musique, qu’en théâtre et danse.

Bienvenue à Mary Wigman, Ariane Mnouchkine et Nina Simone !

Pour pouvoir introduire suffisamment de noms de femmes célèbres, le spectre s’est ouvert non seulement à des créatrices – compositrices, auteures, chorégraphes – mais aussi à des artistes interprètes, des pédagogues, des femmes ou hommes de lettre ayant eu une influence marquante dans le monde des arts, au-delà de la seule culture occidentale. Il a fallu également faire le deuil de quelques noms de compositeurs prestigieux.
Au final, ce sont 34 femmes et 50 hommes qui ont été retenus pour les nouvelles dénominations et, même si la parité n’est pas exacte, c’est déjà une petite révolution !

Qu’est-ce que ça change ?

Réorganisation pratique : les six étages du Conservatoire seront répartis en « aires culturelles » permettant de mélanger des créateurs de différents domaines et époques, des interprètes, des personnalités diverses : la France / l’Allemagne / Les pays slaves et nordiques / l’Angleterre et les USA du XXe / l’Europe du sud et l’Amérique du sud / les musiques du monde (extra-occidentales).
Suivant cette nouvelle répartition, le nom des 76 salles de cours et auditoriums seront modifiés et utilisés par les usagers à partir du 1er septembre 2019.

Intérêt pédagogique : dès l’entrée dans les apprentissages au Conservatoire (6-7 ans), les élèves iront naturellement en salles Maria Callas, Maria Grinberg, Aretha Franklin, Mary Wigman ou Ariane Mnouchkine… sans pouvoir ignorer à l’âge adulte le nom de ces femmes qui ont marqué l’histoire des arts. À terme, des notices biographiques synthétiques, réalisées par les élèves et apposées à côté des salles, détailleront le parcours de chaque personnalité.

Valeur symbolique : l’entrée du nom de femmes illustres n’est pas anodine dans une institution aussi ancienne que le Conservatoire. Elle reconnaît des talents d'artistes femmes injustement ignorées et marque une avancée de l’égalité homme-femme dans le monde des arts. Elle offre des modèles et sources d’identification positives aux élèves femmes du conservatoire qui devrait, le moment venu, les inspirer pour briser le plafond de verre malheureusement encore très tenace pour l’accès aux plus hautes responsabilités artistiques ou culturelles. La nouvelle répartition par aires culturelles ouvre une fenêtre sur les cultures extra-européennes, dont le métissage nourrit tous les arts actuels.

 

Téléchargez le tableau des nouveaux noms (lancer le téléchargement du fichier) (lancer le téléchargement du fichier)

Aller sur le site de la Ville de Nantes